Hollande : pourquoi devrais-je regretter de l’avoir élu ?

Hollande : pourquoi devrais-je regretter de l’avoir élu ?

 Ses adversaires, de gauche, puis de droite, l’ont dit flou … et pour cause ! Au long d’une campagne sans éclat, il s’est gardé de faire des promesses : mises à part quelques mesures sociétales et la priorité à la jeunesse, il n’a rien dit de ce qu’il ferait.

 On comprend pourquoi.

 En somme, que fait-il ?

 Après 40 ans d’accumulation continue de dette, il siffle la fin de la partie : on passe à la phase remboursement ; j’applaudis !

 NB :Quant aux chantres de la relance, fussent-ils prix Nobel, ils font dire bien des sottises à Keynes ; nous y reviendrons.

 La France vivait à crédit, mais sa jeunesse n’en profitait pas : chômage, Education Nationale essouflée, précarité … le Président donne la priorité à la jeunesse. Trop peu ? Peut-être, mais c’est bien là que ça fait mal ; j’applaudis !

 Réconcilier la gauche avec la gestion… certains en rêvaient, Hollande le fait : il rappelle que l’emploi est dans l’entreprise privée, met 20 milliards d’€ – sans conditions – sur la table et fixe comme objectif le retour de la compétitivité ; Mélenchon s’en étrangle, moi, j’applaudis !

 Il fait passer la négociation en premier (Sarkosy aurait bien voulu). C’est chronophage et ça interdit de fixer le cap a priori, mais c’est efficace et conforme aux promesses ; j’applaudis !

 Enfin il y a les mesures politiques : l’impôt à 75% (qui, d’ailleurs, n’existe plus…), le « mariage pour tous », d’autres encore … Chacun de ces points mérite un commentaire et j’y reviendrai ; notons à ce stade que ce sont des promesses tenues.

 Pour parodier Georges Marchais (!) je dirais que le bilan est globalement positif, j’applaudis !

 Daniel Gendrin

 PS : prochaine chronique : lettre ouverte au Cardinal Barbarin

Un commentaire sur “Hollande : pourquoi devrais-je regretter de l’avoir élu ?

  1. J’aimerais apporter un développement à ta phrase:  » il rappelle que l’emploi est dans l’entreprise privée, met 20 milliards d’€ – sans conditions – sur la table et fixe comme objectif le retour de la compétitivité ».
    * Mettre sur la table des milliards pour l’entreprise privée sans conditions me contrarie: les gouvernements le font depuis des années et si l’emploi s’en été amélioré, cela se saurait! Il n’est certes pas facile de mesurer le lien entre telle mesure et tel résultat dans ce domaine (cf. les controverses sur les 35h) mais conditionner une aide fixe un objectif politique. La droite a bien mis des conditions à la remise de dette des pays les plus endettés …
    * A propos d’objectif économique, assurer une transition écologique (révolution écologique?) me parait un objectif plus porteur d’espoir que le leitmotiv de retour de compétitivité. Objet d’une prochaine chronique?

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.