… productivité …

 encore un tabou !

la productivité est le rapport entre la production d’un bien et les moyens nécessaires pour la réaliser ; c’est un outil de mesure.

une entreprise qui améliore sa productivité produit plus avec moins de moyens

‘est parfaitement sain : le progrès a toujours été le fruit de la recherche d’une économie de moyens pour vivre mieux en se fatigant moins

cool … je suis bien conscient de ce qu’on peut en dire (gaspillage des ressources, pollution, exploitation, stress …) ; il n’empêche : notre vie comparée à celle de nos grands parents a quand même quelques agréments et facilités dont ils auraient bien aimé disposer (confort, temps, richesses culturelles et spirituelles)

 par ailleurs, il faut bien comprendre que, sans gains de productivité, il n’y a pas d’augmentation des rémunérations (sauf à prendre dans les réserves, ce qui n’a qu’un temps) et pas de développement de l’entreprise ce qui, dans un monde en mouvement, est mortel

les gains de productivité, souci permanent de l’encadrement et bête noire des syndicalistes sont essentiels à la vie de l’entreprise et … au pouvoir d’achat (quel que soit le statut de l’entreprise, y compris coopératif)

pour nous autres syndicalistes, qui avons comme métier la défense de l’intérêt des salariés (à court et à moyen / long terme), les gains de productivité ne sont donc pas le diable habituellement combattu mais une nécessité

simplement nous devons veiller (lorsque c’est nécessaire nous battre) à ce qu’ils ne soient pas obtenus n’importe comment – il n’est évidemment pas acceptable de « faire suer le burnous » – et nous avons à négocier la répartition du bénéfice ainsi acquis entre l’investissement – l’avenir de l’entreprise – les salariés – temps de travail, augmentation des salaires – et les autres acteurs.

 Daniel Gendrin

2 commentaires sur “… productivité …

  1. « nous (syndicalistes) avons à négocier la répartition du bénéfice ainsi acquis entre l’investissement – l’avenir de l’entreprise – les salariés – temps de travail, augmentation des salaires – et les autres acteurs » dis-tu

    C’est bien là que le bât blesse avec le libéralisme!
    Petit exemple dunkerquois (ma ville) : Arcelor Mittal en 20 ans a multiplié la production par 3 alors que dans le même temps le nombre d’emplois a diminué grosso modo de 10 000 à 3000 ( – 70%)…et ce n’est pas faute de réaction syndicale.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.