… le capital au XXIè siècle en 300 mots …

rappelons que l’étude de Thomas Piketty est appuyée sur une base de données mondiale recensant patrimoines et revenus et couvrant – pour certaines séries – les 300 dernières années

le livre tient en une affirmation : nous sortons – ou sommes sortis – de l’anomalie historique des 30 glorieuses ; la croissance, c’est fini ; le reste est conséquences

l’anomalie a été liée à 2 facteurs : l’accroissement très rapide de la durée de vie et donc de la population (baisse de la mortalité précoce) et nécessité de reconstituer le patrimoine détruit au cours de la période 1914-1945 ; ces deux causes disparues, on revient à une croissance historique de 1 à 1,5 % l’an

le reste tient à 2 constats simples :

  • lorsque la croissance est inférieure au rendement du capital, le revenu tend à être thésaurisé

  • le rendement du capital est fonction de sa taille

deux conséquences : le rapport capital / revenu augmente et le capital se concentre ; il n’y a pas de force de rappel

2 chiffres actuels :

  • dans le monde, 1 % de la population possède 50 % de la richesse

  • aux Etats Unis, 10 % de la population se partagent 50 % du revenu

le monde dans lequel vivront nos petits-enfants tend mécaniquement à redevenir celui de Balzac : peu de personnes possèderont la quasi-totalité du patrimoine et bénéficieront de l’essentiel du revenu

quelques éclairages :

  • philosophique : ce ne sera plus le travail mais la fortune qui fera le revenu

  • politique : comment imaginer que les 2 ou 3 % des personnes possédant la richesse laisseront les autres participer aux décisions ?

  • sécuritaire : au nom de quoi – ou de qui – l’ordre sera-t-il maintenu lorsque la quasi-totalité des personnes travaillera pour un petit nombre – ou ne travaillera pas ?

Thomas Piketty propose de rétablir, dans le monde, les incitations fiscales mises en place aux Etats-Unis après la crise des années 30 et qui n’y ont été supprimées que dans les années 1980

… il est temps de réhabiliter Georges Marchais …

Daniel Gendrin

… c’est le moment de se faire entendre ou de se taire à jamais …

vous trouverez ci dessous un texte de Vincent GENDRIN, fils de l’un de mes frères et médecin ;  fidèle aux règles de ce Blog, je le publie sous sa responsabilité et sa signature

je donnerai mon avis ailleurs ; merci à chacun de contribuer au débat

Daniel Gendrin

PS : il me demande de mettre le lien qui conduit au site « soulager mais pas tuer » ; je ne le fais jamais … inutile donc de m’envoyer des textes qui ne seraient pas de vous ou qui ne respecteraient pas les règles de ce blog (longueur, intelligibilité, respect …)

————————————————

Chers amis,

Toujours sur ce sujet qui me tient particulièrement à cœur, je me permets de vous faire passer ce mail.
Il est porté par un collectif qui défend des idées supers:
 – meilleure formation des soignants pour accompagner la fin de vie,
 – développement des soins palliatifs,
 – lutte contre toute forme d’acharnement thérapeutique,
 – mise en œuvre de tous les moyens pour soulager la souffrance, même si cela doit conduire à utiliser des médicaments qui peuvent, par leurs effets collatéraux, réduire la durée de cette période de fin de vie…
Tous ces élément existent déjà dans la loi Léonetti de 2005, votée à l’unanimité à l’époque, mais qui est parfois insuffisamment connue et appliquée.
Ce collectif lutte aussi contre cette catastrophe que représenterait la légalisation de l’euthanasie dans notre pays:
 – en détruisant la confiance médecin – patient (les personnes âgées ou malades oseront-elles encore se confier à son médecin d’un peu de déprime ou de lassitude de vivre, avec le risque que celui-ci réponde: pas de problème, je m’occupe de tout ! J’exagère à peine !)
 – en soumettant les personnes faibles à un chantage affectif terrible (êtes-vous sûrs de vouloir imposer à votre famille l’épreuve de venir vous voir décliner à l’hôpital, alors qu’on pourrait vous faire partir « dignement » ?)
 – en soumettant les soignants au même chantage: alors que les lits d’hôpitaux sont bien occupés, que les soignants sont de plus en plus sollicités auprès de personnes dépendantes, que la sécu est en déficit, ne devrait-on pas « encourager », tous les patients âgés ou en déclin, à « libérer des places » !)
Le gouvernement à clairement exprimé qu’il voulait aller progressivement vers l’euthanasie, quitte « à procéder par étape », sans employer les mots qui fâchent, dans le « consensus », car dit-il, c’est la volonté des Français.
Mais il faut arrêter de faire croire aux gens qu’il faut choisir entre souffrir et mourir dignement.
 
En effet : 90% des Français se disent favorables à l’euthanasie, mais il faut dire qu’on leur pose la question de façon erronée, par rapport à la réalité: « si vous étiez atteint d’une pathologie incurable, responsable d’une souffrance importante que rien ne peut soulager, seriez-vous favorable à ce qu’on mette fin à vos jours ? ». Je suis même surpris que 10% des gens répondent non !
Lorsqu’on pose la question de façon plus conforme à la réalité, deux tiers des Français se disent favorables à des soins palliatifs qui leur permettraient de vivre leur fin de vie en soulageant leurs souffrance.
Aidez-nous à éviter cette catastrophe, que nous préparent un certain nombre de décideurs, poussés par des associations de lobbying comme l’ADMD.
Les soignants sont là pour protéger la vie, et pour accompagner, écouter et soulager les souffrances, par pour faire du suicide assisté ni pour supprimer les problèmes, en supprimant le patient. On euthanasie certains animaux, car nous n’avons pas les moyens de leur éviter des souffrances en fin de vie. Nous avons ces moyens pour nos semblables, et nous devons les développer !
Merci pour votre écoute, et peut-être votre aide.
Bien amicalement.
Vincent GENDRIN

… Piketty, une critique …

le livre de Piketty fait l’objet d’un certain nombre de critiques ; pour ce que j’en ai lu (cf, par exemple, le billet d’un certain CK dans l’Express), l’incantation tient lieu d’argumentation

je veux considérer ici une deuxième critique, consistante celle-ci ; elle m’a été formulée par l’un de mes fils : le livre ne prend pas en compte les sauts technologiques à venir

le coeur de la thèse de Piketty est que nous entrons dans une phase historique de croissance et d’inflation faibles ; il explique que la croissance vient de la combinaison d’un accroissement démographique, de la reconstitution d’un patrimoine et d’un saut technologique ; les trois facteurs ont joué pendant la période 1945 – 1980 et nous avons connu croissance et baisse des inégalités, toutes deux historiques

Piketty affirme que la baisse mondiale – en cours – de la natalité et la fin des rattrapages ramèneront la croissance à son étiage (1 à 1,5%)

il oublie 2 facteurs :

  1. la croissance – à ses prémisses – de l’Afrique (comparable à celle – qui diminue – de la Chine)
  2. les sauts technologiques à venir

le premier point ne fait que retarder la baisse annoncée de la croissance mondiale de quelques dizaines d’années au plus ; il ne la remet pas en question

le deuxième est plus important : dans tous les domaines (biologie, nanosciences, technosciences, intelligence artificielle …) s’annoncent des avancées technologiques

leurs retombées sur la croissance et sur les inégalités sont inconnues

la vision optimiste est que, comme les sauts technologiques précédents, ils changeront le monde, profiteront à tous et tireront la croissance, donnant tort à Thomas Piketty

toujours est-il qu’aujourd’hui les inégalités s’accroissent très vite et les pouvoirs se concentrent, faisant courir un vrai risque à nos démocraties

qui gagnera la course ? l’hypothétique croissance ? la fin de la démocratie ? est-il temps d’agir ?

… il est temps de réhabiliter Georges Marchais …

Daniel Gendrin

… bis repetita … les plus riches s’enrichissent … et alors ? …

le 26 juillet 2013, je signais un papier sous le même titre dont la conclusion était :  ‘au fond ce qui est indécent, ce n’est pas l’accumulation du capital, c’est l’excès de consommation à des fins individuelles (châteaux, yachts, yearlings, jeu etc…) de fortunes utiles à la collectivité et qui sont fruit d’un effort collectif

ma thèse était que le choix de confier l’activité marchande aux entrepreneurs privés impliquait nécessairement leur enrichissement par accumulation du capital, qu’il n’y avait là rien d’étonnant et que la morale s’y retrouvait pourvu que le capital soit utilisé pour le bien commun

tout cela est vrai dans le développement mais faux dans la conclusion

1) il n’y a aucune raison de supposer les entrepreneurs plus vertueux que les autres ; mon expérience me dit que si on a l’occasion de faire une belle plus-value, grande est la tentation d’y céder et de trouver pour cela toutes sortes de justifications morales

2) l’enrichissement des plus riches – dans le monde, 1 % de la population possède la moitié des richesses – appauvrit désormais les pauvres :

longtemps l’accumulation du capital s’est faite par le biais de la croissance et participait à l’enrichissement de tous : les années de reconstruction ont vu une classe moyenne importante prospérer pendant que les classes populaires, si elles n’accumulaient pas de patrimoine, bénéficiaient de revenus historiquement élevés

l’enseignement de Piketty – je reviendrai sur ses conclusions – est que la croissance et l’inflation redeviennent durablement faibles ; dès lors l’enrichissement des riches se fait au détriment des non riches, tous les non riches ; là encore, j’y reviendrai

3) d’où un risque politique  : quand quelques-uns posséderont la Terre, comment peut-on croire qu’ils n’auront pas, seuls, le pouvoir ?

il est temps de réhabiliter Georges Marchais* (!) …

Daniel Gendrin

* secrétaire général du Parti Communiste Français dans les années 70 et 80 … il nous faisait bien rire avec ses outrances verbales et sa dénonciation emphatique du Grand Capital’ …  ; aujourd’hui, ses diatribes auraient du sens

… pleurer ? …

pleurer sur sa jeunesse,

Cabu, le Grand Duduche

Wolinski, ses pépées, qui nous faisaient rêver

la liberté de ton, l’humour libérateur

 

et pleurer sur Charlie ?

Charlie et ses outrances,

souvent tellement nul, tellement ordurier,

mais … ces ‘Unes auxquelles nous avions échappé cette semaine’,

qui nous faisaient bien rire

auxquelles nous échappons, désormais …

 

pleurer la liberté

assassinée aussi

pleurer sur le courage, sur le don de sa vie

et pleurer sur ces morts

innocents et coupables,

sur ces morts à la guerre contre le fanatisme,

sur ces morts à la guerre contre l’obscurantisme,

sur la guerre chez nous

quand nous la supportons, exportée, chez les autres

 

crayon contre kalach’

peut-on tout dessiner ? et peut-on tout écrire ? peut-on rire de tout ?

oui, sans doute,

au risque de ne pouvoir

plus dessiner du tout et plus rire de rien …

ils le savent pourtant,

ceux qui sont en Iran, ou bien en Arabie …

 

pleurer ces juifs morts,

morts d’être juifs

racisme,

maladie mentale, péché contre l’Esprit

 

pleurer ? … peut-être,

mais surtout rester ‘debout devant’

refuser la peur, les discriminations, l’injustice,

en un mot :

résister …

 

Daniel Gendrin