… l’Olivier, rapport moral …

notre assemblée a d’autant plus d’importance cette année qu’en 2014 nous avons préparé le projet qui nous guidera de 2015 à 2019

vous le savez, depuis 3 ans, en janvier, nous plaçons l’année sous le signe d’un mot car, à l’Olivier, nous aimons les mots : ils nous aident à donner du sens à notre action

nous avions placé 2013 sous le signe du plaisir : après des années de galère, nous avions besoin de souffler et de retrouver la joie de vivre et c’est bien ce que nous avons fait

en 2014 il fallait atterrir et nous avons choisi la sagesse pour nous éclairer ; c’est à l’aune de ce mot que vous, adhérents, jugerez l’action de l’équipe et de sa direction, du bureau et du Conseil d’Administration

la sagesse nous a d’abord coûté cher puisqu’elle nous a conduit à nous séparer de 2 salariés dont la fidélité au Centre et à ses valeurs était pourtant avérée : la nécessité du retour à l’équilibre des comptes s’est imposée à nous ; si nous n’y sommes pas en 2014, nous savons maintenant que ce sera structurellement le cas à partir de 2015

pour le reste, nous avons consolidé un accueil souriant et efficace que tout le monde nous envie ; souriant grâce à l’accueillante et efficace par la mise en service d’un matériel (ordinateur, logiciel) adéquat et de procédures ad hoc

sortis définitivement de la culture de gratuité qui caractérisait l’Olivier, nous avons maintenant des activités dont les comptes sont équilibrés, animées par des professionnels ou par des bénévoles dans le cadre de nos clubs dont le plus célèbre – et le plus animé – est celui du tricot

70 bénévoles, près de 1000 adhérents, un lieu investi et animé, une mixité sociale, culturelle, religieuse, d’âge, de genre, d’origine, de couleur de peau : le Centre n’est plus ce lieu fermé sur lui-même et réservé à quelques groupes de personnes qu’il a été ; il est maintenant ouvert sur le monde et à la disposition de tous les habitants du quartier

les parents lui confient leurs enfants sans crainte ou hésitation et participent directement à l’accueil des petits en collaboration avec les animateurs

reconnu et respecté par ses partenaires, en particulier par les acteurs de la Ville, il a su retrouver la confiance de ses financeurs ce qui évidemment a une certaine importance …

voilà ce que je voulais vous dire du Centre pour 2014 et que je vous demanderai de reconnaître au moment du vote

mais le rapport moral c’est aussi l’occasion pour le Président de parler de demain

la dernière partie de l’assemblée est consacrée à la présentation du Projet ; celui-ci a été présenté à nos partenaires et financeurs et doit être approuvé par la CAF ; ce n’est pas négligeable, son agrément nous étant nécessaire pour tout simplement … continuer à exister

vous verrez qu’une inscription y est mise en exergue « d’habitant à citoyen » ; la conclusion de la présentation développe et explique  : « un citoyen est un habitant qui a décidé d’être acteur de son lieu de vie ; la vocation du Centre est de l’aider dans cette décision »

« vous êtes la lumière du monde » disait quelqu’un il y a longtemps ; ce n’est pas trahir sa pensée que de dire « vous êtes la lumière du quartier »

vous l’êtes quand vous accompagnez les enfants, quand vous éclairez un dossier administratif embrouillé, quand votre sourire accueille la personne dans la peine, quand vous permettez à un petit d’aller au théâtre ou au cinéma, quand vous organisez un de ces repas partagés où chacun profite des apports de chacun …

transformer les habitants en citoyens c’est cela

oui, vous êtes déjà la lumière du quartier et vous êtes reconnus comme tels

ne vous y trompez pas : ce que vous faites est essentiel et dépasse de beaucoup ce que vous croyez :

quand vous accompagnez un jeune, vous contribuez à la formation d’un citoyen ; quand vous organisez une fête, vous montrez que la joie est dans le partage, quand vous débrouillez le dossier d’une personne fragile vous lui rendez sa dignité …

vous tous qui êtes partie à notre fonctionnement, vous contribuez, soyez-en conscients, à construire dans le quartier une société viable et sûre, vous contribuez à construire la France

nous avons choisi pour 2015 le mot courage

il nous faudra du courage pour maintenir – contre une opinion désormais très répandue – que la diversité de la population est un défi et une chance, qu’il n’y a pas en France ou dans le quartier des personnes ou une religion qu’il faille stigmatiser

il faudra aux citoyens que nous sommes tous – équipe d’animation, direction, administrateurs, bénévoles, adhérents – le courage et la ténacité d’obtenir des habitants du quartier qu’ils prennent leurs responsabilités de citoyens

Daniel Gendrin

… de l’utilisation de l’Histoire …

l’un de mes proches me fait parvenir un texte qui mérite commentaire ; je suis désolé de vous infliger une lecture sans laquelle vous ne comprendriez rien à mes dires

précisons que ce texte ne respecte pas les règles de mon blog : il pèse 825 mots, n’est pas très bien écrit et véhicule la haine

je précise que les fautes de Français – il y en a peu – ne sont pas de moi, non plus que les erreurs historiques – je n’en signale qu’une, n’ayant pas de temps à perdre …

___________________________________________

Les musulmans sont entrés pour la première fois en 714 dans ce qui était la France de l’époque. Ils se sont emparés de Narbonne, qui est devenue leur base pour les 40 années suivantes, et ont pratiqué des razzias méthodiques.

Ils ont ravagé le Languedoc de 714 à 725, détruit Nîmes en 725 et ravagé la rive droite du Rhône jusqu’à Sens. En 721, une armée musulmane de 100.000 soldats mit le siège devant Toulouse, défendue par Eudes, le duc d’Aquitaine. Charles Martel envoya des troupes pour aider Eudes. Après six mois de siège, ce dernier fit une sortie et écrasa l’armée musulmane, qui se replia en désordre sur l’Espagne et perdit 80.000 soldats dans la campagne.

On parle peu de cette bataille de Toulouse parce qu’Eudes était mérovingien. Les Capétiens étaient en train de devenir rois de France et n’avaient pas envie de reconnaître une victoire mérovingienne.

Les musulmans ont conclu alors qu’il était dangereux d’attaquer la France en contournant les Pyrénées par l’est, et ils ont mené leurs nouvelles attaques en passant à l’ouest des Pyrénées. 15.000 cavaliers musulmans ont pris et détruit Bordeaux, puis les Pays de la Loire, et mis le siège devant Poitiers, pour être finalement arrêtés par Charles Martel et Eudes à vingt kilomètres au nord de Poitiers, en 732.

Les musulmans survivants se sont dispersés en petites bandes et ont continué à ravager l’Aquitaine. De nouveaux soldats les rejoignaient de temps en temps pour participer aux pillages.(Ces bandes n’ont finalement été éliminées qu’en 808, par Charlemagne). Les ravages à lest ont continué jusqu’à ce qu’en 737 Charles Martel descend, au sud, avec une armée puissante, et reprend successivement Avignon, Nîmes, Maguelone, Agde, Béziers et met le siège devant Narbonne.

Cependant, une attaque des Saxons sur le nord de la France obligea Charles Martel à quitter la région. En 759 enfin, Pépin le Bref reprit Narbonne et écrasa définitivement les envahisseurs musulmans.

Ces derniers se dispersèrent en petites bandes, comme à l’ouest, et continuèrent à ravager le pays, notamment en déportant les hommes pour en faire des esclaves castrés, et les femmes pour les introduire dans les harems d’Afrique du Nord, où elles étaient utilisées pour engendrer des musulmans. La place forte des bandes se situait à Fraxinetum, l’actuelle Garde-Freinet(le massif des maures). Une zone d’environ 10.000 kilomètres-carrés, dans les Maures, fut totalement dépeuplée.

En 972, les bandes musulmanes capturèrent Mayeul, Abbé de Cluny, sur la route du Mont Genèvre. Le retentissement fut immense. Guillaume II, comte de Provence, passa 9 ans à faire une sorte de campagne électorale pour motiver tous les Provençaux, puis, à partir de 983, chassa méthodiquement toutes les bandes musulmanes, petites ou grandes. En 990, les dernières furent détruites. Elles avaient ravagé la France pendant deux siècles……

La pression musulmane ne cessa pas pour autant. Elle s’exerça pendant les 250 années suivantes par des razzias effectuées à partir de la mer. Les hommes capturés étaient emmenés dans des camps de castration en Corse, puis déportés dans les bagnes du Dar al islam, et les femmes d’âge nubile dans les harems. Les repaires des pirates musulmans se trouvaient en Corse, Sardaigne, Sicile, sur les côtes d’Espagne et celles de l’Afrique du Nord.

Toulon a été totalement détruite par les musulmans en 1178 et 1197, les populations massacrées ou déportées, la ville laissée déserte.

Finalement, les musulmans ayant été expulsés de Corse, Sicile, Sardaigne, du sud de l’Italie et de la partie nord de l’Espagne, les attaques sur les terres françaises cessèrent mais elles continuèrent sur mer par des actions de pirateries.

Ce n’est qu’en 1830 que la France , exaspérée par ces exactions, se décida à frapper le serpent à la tête, et à aller en Algérie détruire définitivement les dernières bases des pirates musulmans.

Vous savez ce qu’est devenue ensuite l’Algérie, et l’histoire ne s’est pas figée……

Ce qu’il y a de frappant, c’est qu’entre 714, la première entrée, et 1830, l’écrasement définitif des pirates barbaresques, il s’est écoulé plus d’un millénaire, ce qui montre qu’ils ne renoncent jamais…………………….…

Et aujourd’hui, effectivement, ils reviennent en masse, par le biais « pacifique » d’une immigration de peuplement, qui exploite à fond les failles de nos lois, de nos principes démocratiques, et de nos avancées sociales…!
Un jour ils seront
assez nombreux pour prendre démocratiquement le pouvoir dans les villages, les banlieues, les villes, les régions, les pays d’Europe !
Il ne faut pas croire ceux qui les décrivent comme
« modérés » !
Car les exemples des «printemps arabes »
qui se déroulent sous nos yeux en Tunisie, Libye, Egypte, montrent s’il en était besoin que les « modérés » se font toujours évincer par les enragés !
Qui ne cherchent qu’une chose :
appliquer la charia et transformer nos pays d’Europe en un « Dar al Islam », une terre d’islam.
Il suffit de voir les exactions actuelles contre les chrétiens d’Afrique du Nord, d’Egypte, d’Indonésie, du Nigéria, etc, pour imaginer quel serait le sort réservé à nos familles, à nos peuples européens de souche judéo-chrétienne !

________________________________________________

puisqu’on convoque l’Histoire, parlons Histoire …

on nous décrit une guerre de mille ans qui – d’après ce texte même – dure de 714 à 759 ; le reste est affaires de pirates barbaresques et de razzias, qui – quoique destructrices – n’ont rien à voir avec des invasions ou des guerres de religion

quant au sérieux de ce texte, signalons qu’il y a eu 3 750 sarrasins tués à la bataille de Toulouse et pas 80 000 ; pas de chance, ils ont été recensés … quand on convoque l’Histoire, il faut être rigoureux …

rappelons quelques points :

de 1095 à 1291 les chrétiens mènent une guerre d’invasion – les croisades – contre des arabes qui sont chez eux ; les destructions de Toulon sont perpétrées pendant ce temps-là

de la chute de l’empire romain – fruit lui-même d’une invasion – jusqu’au démantèlement de la Yougoslavie, l’Histoire de l’Europe est une succession de carnages incessants – par exemple, les Suédois, au cours de la guerre de 30 ans, ont tout rasé en Alsace et massacré 70 % de la population

à de nombreuses reprises (sous François 1er et sous Louis XIV), la France est l’alliée de la Sublime Porte – les Ottomans sont, que je sache, musulmans – histoire d’encercler le Saint Empire … et François 1er met à leur disposition le port de … Toulon !

alors convoquer l’Histoire pour expliquer que tous les musulmans sont des assassins …

ce texte n’est pas sérieux

dernier point : il y a des barbares parmi les musulmans, nous sommes en guerre contre eux depuis maintenant des années ; rien n’autorise les gens qui écrivent ces sottises à dire le contraire – les soldats Français morts au champs d’honneur en attestent – je reviendrai sur le risque que nous courons dans cette guerre

mais leur vrai but est dans la seule phrase importante pour eux : « et aujourd’hui, effectivement, ils reviennent en masse, par le biais « pacifique » d’une immigration de peuplement »

il faut faire peur aux Français ; nous avons vu (article du 30 novembre) que l’immigration est marginale en France malgré tout le battage qu’on en fait – moins de 0,3 % de la population par an, dont moins d’un tiers de musulmans

les gens qui véhiculent ces papiers sont complices ou naïfs ; ils véhiculent des mensonges

Daniel Gendrin