… l’étranger …

l ‘étranger ? l’immigrant ? le migrant ? le réfugié ?

le migrant, c’est Pierre, c’est Paul, c’est Marie, c’est Jacques, c’est Jean …

Pierre, le guinéen qui se lève à 4h du matin parce qu’il habite Givors et que son école est à Vaise … le bus est tôt et le train cher …, Pierre (bachelier en Guinée) vient de réussir son CAP de tourneur / fraiseur … son statut est refusé : il ne serait pas assez en danger dans son pays ; il doit, d’ici fin novembre, trouver un contrat – CDI, CDD, Intérim – qui lui permettrait, en situation régulière, de poursuivre ses études tout en travaillant

Pierre, c’est l’espoir …

Jacques, notre ami Congolais, c’est l’intellectuel ; bac plus quelque chose chez les jésuites à Kinshasa, il a trouvé le moyen de s’inscrire en fac de chimie à Lyon et il paye ses études comme gardien de nuit ; Jacques a eu le statut et pourra rester en France ; Jacques travaille jour et nuit

Jacques, c’est le courage …

Marie, c’est la femme ; 3 enfants quelque part au Congo qui fut Belge, un mari disparu, une tante morte à cause de son engagement à elle ; Marie mange une fois par jour du riz très épicé ; Marie ne raconte pas, ne parle pas, n’entre pas en contact … sauf le jour où ça déborde …

Marie, c’est difficile …

Paul, c’est le fils de l’imam, fuite du village en Guinée, étape à Ouagadougou, départ pour la France ; Paul cherche sa voie ; étudiant, sans ressources, logé par une paroisse il se nourrit aux restes du marché ; il mange de temps en temps à la maison ; Paul a son statut  ; il a choisi une voie hasardeuse : la communication …

Paul, c’est un mirage …

et Jean, c’est l’afghan ; 3 ans après, son français reste approximatif ; gentil, beau, sportif, il se dit berger dans son bled ; Jean, c’est le charme : il est dans l’assemblée ? on ne voit que lui, il plaît à tous et charme chacune ; il survole les difficultés, se met au travail, est bien noté par ses chefs, arrive à l’heure et remplit son office ; Jean bénéficie de la protection subsidiaire et sera sans doute un jour Citoyen Français

Jean, c’est un poème …

ces cinq histoires, nous les avons vécues avec eux, les accueillant à la maison à raison de 3 à 6 semaines chacun depuis 3 ans

nous ne savons rien d’eux, sinon leur prénom, ici déguisé – leur histoire les regarde – l’accueil est gratuit et l’organisation jésuite (c’est dire si c’est sérieux !)

mais … c’est le bonheur ! … et ce n’est pas difficile …

si l’aventure vous tente …

Daniel et Régine

3 commentaires sur “… l’étranger …

  1. Merci pour cet article qui a le mérite d’être clair. Espoir et poésie au sujet de l’immigration font du bien à entendre en ce moment. Je ne savais pas qu’il y avait Ignace dans tout ça… contente de l’apprendre. On peut en savoir plus?

    J’aime

Répondre à corinne h. Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.