… réparer …

au risque d’enfoncer des portes ouvertes, je fais, en peu d’articles, le tour de quelques problématiques structurantes ; toutes suivent une évolution positive mais toutes sont soumises à des forces de rappel puissantes tant la réaction est toujours en éveil

il y a eu … féminiser …

aujourd’hui c’est … réparer … dont le titre est d’ailleurs inadapté puisqu’il n’est pas question de réparer ce que le dernier siècle et demi a abîmé mais seulement d’interrompre la dégradation

les sondages le montrent, les gens autour de nous savent qu’il a fait anormalement chaud cet été, qu’il fait trop sec, que les glaciers reculent et que nous consommons plus de Terre qu’il n’y en a – ma propre empreinte écologique est, semble-t-il, 3 fois supérieure à ce qu’elle devrait être …

la prise de conscience est donc là et les actions suivent :

  • peu à peu la voiture s’efface dans les villes – pour y être bientôt interdite lorsqu’elle est à combustion et les camions vont peut-être rouler au colza

  • les immeubles, à Saint Priest – et, j’imagine, ailleurs –, s’entourent d’une peau isolante les uns après les autres et il n’est plus cher – les aides sont conséquentes – d’isoler sa maison

  • des parcs éoliens offshore – dont la production unitaire sera de l’ordre de la moitié de celle d’une tranche nucléaire – sont lancés et le coût des énergies alternatives est enfin bas

  • sous la pression de la demande, l’agriculture se met peu à peu au biologique et il ne reste que 3 ans au glyphosate

  • le recyclage – amorce de l’économie circulaire – est devenu un véritable business

aurait-on pu, pourrait-on, aller plus vite ? la réaction des gilets jaunes montre qu’on peut en douter : même si la taxe carbone n’est pas seule en cause, elle a déclenché le mouvement ; nous avons tous du mal à changer de mode de vie

et puis il y a ceux qui n’ont pas compris ou qui ne veulent pas comprendre que les ressources ne sont pas illimitées ; on sait qu’ils peuvent arriver au pouvoir, pas seulement ailleurs …

je traite du nucléaire dans un article séparé ; rien, dans les évolutions récentes, ne me pousse à modifier les conclusions que j’ai déjà énoncées ici :

  • ne pas remplacer les centrales actuelles par des EPR

  • au besoin, prolonger la durée de vie d’une partie de nos réacteurs d’une dizaine d’années

  • interconnecter les réseaux Européens et résoudre l’équation du stockage

  • poursuivre le développement les sources alternatives, y compris le solaire diffus

si la bataille n’est pas encore gagnée, elle n’est pas perdue

Daniel Gendrin

PS : Nicolas Hulot n’est pas un politique : il ne sait pas qu’il faut donner du temps au temps, surtout quand on a peu de temps

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.