… le monde d’après 4 … redémarrer …

le monde d’après sera-t-il différent ? … pas si simple …

de Xavier Gorce
dans le Monde le 6 avril 2020

nous avons vu dans les articles précédents (1) que le jouet* n’est pas mauvais au point qu’il faille le casser (2) que l’ampleur des dégâts est considérable (3) que ce sera financé par la dette

comment doit-on, comment va-t-on redémarrer ?

les consommateurs auront vu leur pouvoir d’achat en grande partie maintenu et leurs dépenses contenues pendant 2 ou 3 mois ; ils auront, pour la plupart, épargné quelques moyens

mais on ne sait pas ce qui l’emportera de la frustration subie ou de la sobriété découverte – à moins que ce ne soit la peur ; selon la réponse, les entreprises trouveront ou non des acheteurs pour leurs produits

leur outil de travail est intact mais elles auront perdu 2 ou 3 mois de chiffre d’affaires, leur fonds de roulement sera à sec et elles se seront endettées : les reports de charges et les prêts ne sont pas des subventions

sauf à pouvoir produire – et vendre – à nouveau sous 2 ou 3 mois, un grand nombre mettront la clef sous la porte ; rappelons que ce sont les entreprises – publiques et privées – qui assurent le casse-croûte des gens

c’est pour ne pas les laisser faire faillite que l’État doit et va aider des milliers d’entreprises en garantissant leurs emprunts à hauteur, paraît-il, de 400 milliards d’€ ; faut-il laisser tomber les les 80 000 salariés d’Air France-KLM ? … et ce n’est pas en 2 mois que l’on peut imaginer – un exemple entre 1 000 – l’avenir du transport aérien Français

c’est inévitablement le monde d’avant qui va, sauf catastrophe, redémarrer ; c’est ça, ou casser le jouet* ; mais il va falloir faire attention et rester mobilisés pour qu’il n’y ait pas de retour en arrière, en particulier sur l’évolution des règlementations écologiques : la tentation est forte côté Medef

l’invention de celui d’après, commencée depuis toujours, se poursuivra au fil du temps ; à nous de ne pas faire n’importe quoi

… à suivre …

Daniel Gendrin

  • mon épouse me fait remarquer que « casser le jouet » n’est pas clair ; cela fait référence à ces gamins qui s’amusent à casser leurs jouets puis qui pleurent lorsqu’ils sont cassés ; on se mordrait les doigts de casser notre république – et notre économie – aussi imparfaites soient-elles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.