… les déboires de Zoé …

une de mes amies – non, elle ne s’appelle pas Zoé – se plaint d’essuyer les plâtres avec sa voiture électrique … elle n’est pas la seule …

ci dessous son message et un – court – commentaire

message de Zoé :

« En cette période de renouveau, où les projecteurs sont tournés vers l’écologie et l’environnement, je voudrais soumettre mon expérience et mon ressenti à la réflexion de nos élus.

J’ai fait l’acquisition il y a quelques mois d’une voiture tout électrique, que j’utilise beaucoup sur des circuits urbains et péri-urbains : c’est parfait, j’ai installé une prise à la maison pour recharger régulièrement, c’est un peu long, mais tout va bien. Bien qu’un peu chère à l’achat, mon véhicule me donne satisfaction pour cet usage.

Là où ça se complique, c’est lorsque j’utilise mon véhicule, je n’en ai qu’un, pour des trajets moyenne distance : le parcours du combattant, bien loin des spots publicitaires!

  • Je viens de faire le trajet Lyon-Aix-les-Bains aller/retour. Tout au long, on nous annonce régulièrement à quelle distance on pourra trouver du carburant…rien pour l’électricité !
  • A chaque aire de repos, on nous annonce l’essence, le café, la restauration, l’aire de pique-nique, les toilettes, la wifi, les balançoires, etc…toujours pas le moindre panonceau pour l’électricité !
  • J’ai chargé une application qui indique la cartographie des points de recharge, et acheté un badge : il semble qu’il n’y ait rien sur l’autoroute et qu’il faille sortir pour trouver quelque chose dans un village alentours, donc une perte de temps supplémentaire !
  • Je suis donc sortie à la Motte-Servolex pour faire une tentative de charge…impossible ! Un message sur l’application informait que e-born était en cours de migration ce qui entrainait des difficultés !
  • Comme j’avais chargé à la maison avant de partir, je suis toutefois arrivée sans encombres jusqu’à Aix-les-Bains, mais il me fallait absolument recharger pour le séjour et le retour.

Parlons des bornes de recharge :

  • Un réseau en mauvais état : ce n’est qu’à la troisième tentative à Aix-les-Bains que j’ai enfin trouvé une borne en fonctionnement…donc des kilomètres en plus, alors que la batterie est faible !
  • Pas de panonceau visible à 50m, il faut errer dans un parking à l’adresse indiquée par l’application  pour trouver la borne presque par hasard! Seulement un marquage au sol.
  • Une multitude d’opérateurs, de bornes différentes, de puissances différentes, de prises différentes, de mode d’emploi différents, une tarification différente…la « jungle » pour le client !
  • Chez certains, il faut venir avec son câble…comme si pour le carburant on venait avec son tuyau !
  • Un écran d’affichage du mode d’emploi…illisible sous le soleil !

Mais une fois surmontés tous ces obstacles, c’est bien : en « charge rapide » le temps de charge et le prix restent raisonnables.

Cependant, forte de cette expérience, je crois que je vais laisser de côté mes penchants « écolo » tant que les pouvoirs publics n’auront pas pris le sujet sérieusement et mis un peu d’ordre dans tout cela : normalisation, densité et qualité du réseau, affichage, … pour revenir au bon vieux diesel, qui finalement, équipé d’un filtre à particules et d’un pot catalytique n’est pas si mal que ça !

En vous remerciant d’avoir lu,« 

—————–

commentaire

mon amie n’est pas seule à se plaindre de ces réseaux de recharge pas toujours faciles à trouver, parfois en panne voire inexistants à l’endroit prévu …

les premières voitures électriques, du fait de leur faible autonomie, sont d’utilisation locale : comme deuxième voiture, sur les trajets du quotidien, elles donnent, à ma connaissance, satisfaction

les modèles plus récents roulent sans recharge de 300 à 600 km et peuvent être utilisées en région mais ne permettent toujours pas de traverser la France ; il faudra pour cela attendre encore un peu, même si Hyundai a fait rouler une voiture 1 000 km sur une charge …

par ailleurs, même si la situation s’améliore, le réseau de recharge public utilisable facilement par tous les véhicules n’est pas encore suffisant …

comme souvent, les pionniers essuient les plâtres, c’est vrai …

NB : les véhicules hybrides rechargeables permettent de rouler en ville à l’électricité et leur autonomie sur les grands itinéraires est conforme à nos habitudes

il reste que :

  • les voitures électriques contribuent à rendre l’air de nos villes respirable
  • leur autonomie se rapproche de celle des véhicules thermiques
  • le réseau de recharge s’étend
  • le choix devient pléthorique

et elles se vendent ! … la part de marché des véhicules électrifiés – à près de 10 % (dont 60 % à batterie et 40 % d’hybrides) a quadruplé en juillet – par rapport à 2019

et puis … dès 2024, les véhicules diesel seront interdits de circulation dans Paris et sa couronne … et, j’imagine, aussi à Lyon, Strasbourg, Bordeaux … les électeurs viennent de prendre la décision …

Daniel Gendrin

PS : après les batteries – qui auront contribué à l’assainissement de l’air des villes –, on roulera sans doute, dans 20 ou 30 ans, à l’hydrogène

Un commentaire sur “… les déboires de Zoé …

  1. Je pense que l hydrogene arrivera beaucoup plus vite: on a déjà des trains et des voitures. Mais on ne sais pas encore produire l hydrogène industriellement de façon verte.
    Un autre chiffre d investissement: 300 millions en France et quelques milliards en Allemagne…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.