2022 / le débat – économie

cet article est rédigé en réponse à celui qui est publié le même jour sous le titre 2022 / le débat – économie – contribution partenaire

s’attendre à ce qu’un Président, quelles que soient la brutalité des réformes qu’il mette en œuvre, obtienne en 5 ans une amélioration de 30 à 40 % sur le chômage ou la pauvreté, c’est se préparer à être déçu ; ces choses-là prennent du temps

c’est peut-être bien parce qu’ils partagent cette illusion que les Français sont toujours déçus ; les politiques, prudents, ne font pas des promesses de cette ampleur ; celle de Macron était, je le rappelle, de ramener le chômage à 7 % en fin de mandat ; l’atteindra-t-on ? je ne sais mais on n’en sera pas loin, malgré le COVID

cela dit, si je partage les priorités de mon ami Charles que sont l’emploi et la pauvreté, je ne partage son analyse ni sur le premier point ni sur le deuxième

à l’occasion d’une controverse que j’avais eue avec mon successeur chez Renault-Trucks à ce propos, j’ai publié en juillet 2020 un billet sous le titre … la politique de l’offre, pour quoi faire ? …

je m’y appuyais sur 9 tableaux, issus du site de l’INSEE, montrant l’évolution d’indices que je jugeai pertinents et dont je soulignais l’évolution de 2015 à 2019

NB : Hollande a décidé en 2013 de la politique de soutien aux entreprises ; le temps que les mesures soient prises et qu’elles commencent à faire de l’effet, on peut considérer comme raisonnable un hystérésis de 2 ans ; c’est la raison pour laquelle je fais partir mes analyses de 2015

une mise à jour de cette étude est en lien ; on trouvera ci-dessous les principaux résultats sur l’emploi (données INSEE) :

évolution 2015 – 2021
taux d’emploi+ 3,6 %
taux d’emploi à temps complet+ 5,3 %
part du temps partiel– 6,7 %
taux des personnes en situation de sous-emploi– 1,4 % *
taux d’emploi en CDI+ 3,3 %
taux d’emploi en CDD+ 0 % **
nombre de défaillances d’entreprises– 56,2 % ***

* après un bon extraordinaire à 16 % dû au COVID
** mais la décrue, rapide, a commencé : -12,3 % entre 2018 et 2021
*** non significatif compte tenu du « quoi qu’il en coûte » mais de 2015 à 2019 l’indicateur a baissé de 18,1 %

la crise du COVID aurait pu, évidemment, avoir sur l’emploi des conséquences dramatiques mais malgré elle, tous les indicateurs de l’emploi sont en progrès, quantitativement et qualitativement (baisse des temps partiels et de la part des CDD)

NB : le taux d’emploi me paraît plus incontestable que le taux de chômage, dont les biais sont connus – radiations, non inscriptions, etc – cependant, celui-ci est lui aussi en progrès, depuis 2015, de 22 % …

sur le pouvoir d’achat :
le revenu moyen disponible arbitrable – une fois soustraites les dépenses contraintes – a augmenté en moyenne de 1,06 % par an entre 2015 et 2019 (il avait baissé au cours des 5 années précédentes)

sur la pauvreté :
le taux de pauvreté – indicateur plus d’inégalités que de pauvreté – a effectivement augmenté en 2017 – même s’il a baissé depuis – : le revenu des pauvres a donc augmenté moins que le revenu médian

pourtant il n’est pas vrai que ceux-ci se sont appauvris : le niveau de vie moyen des personnes du premier et du deuxième décile* a augmenté respectivement de 0,9 % et de 3,4 %

pas beaucoup ? peut-être, mais il avait baissé de 2008 à 2012 (voir les courbes …)

en bref, Macron favorise les gens qui ont un travail et la création d’emplois par le soutien aux entreprises mais il est faux de dire qu’il ne s’occupe pas des plus pauvres

et puis, mettant en place les conditions de la création de centaines de milliers d’emplois, il permet la sortie d’autant de Français du chômage

j’ai voté Macron principalement parce que je pensais qu’il poursuivrait la politique de soutien aux entreprises qu’avait initiée Hollande et qu’il développerait l’emploi … il remplit le contrat


Daniel

* pour mener un certain nombre d’analyses et mesurer les inégalités, la population est répartie en 10 déciles ; les gens qui sont dans le premier décile sont les 10 % dont les revenus sont les plus bas ; ceux du 2ème décile les 10 % dont les revenus sont juste au dessus et ainsi de suite … jusqu’aux plus hauts revenus, qui sont dans le 10ème décile

3 commentaires sur “2022 / le débat – économie

  1. En toute rigueur, ne faudrait-il pas attendre 2023 pour mesurer totalement l’effet Macron ? ( en appliquant la règle que tu mentionnes dans le NB de ton texte) Si oui, il reste une belle part de subjectivité quand nous aurons notre bulletin de vote en main !

    J’aime

    1. au contraire ; cela me paraît le bon moment : c’est maintenant qu’il faut se décider et approuver ou non la politique qu’il a menée puisque dans 5 mois on vote ; en 2023 il sera trop tard ; ce que j’ai souligné ce n’est pas l’effet Macron mais celui de la politique qui consiste à rapprocher les conditions économiques dans lesquelles vivent les entreprises françaises de celles dans lesquelles vivent les allemandes ou les belges ; et cette politique date de Hollande avec effet en gros à partir de 2015

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.