… l’Europe et sa gouvernance …

il est de bon ton de vouer les institutions européennes aux gémonies ; tant qu’à être iconoclaste ou original, tentons un plaidoyer …

la gageure : faire fonctionner un ensemble de 28 pays de langue, culture, histoire bien différentes …

le paradoxe c’est que l’histoire est, pour l’essentiel, commune mais les points de vue sont divergents et les héros des uns sont les traitres des autres …

par ailleurs le projet n’est pas partagé par tous, les divisions passant au cœur de chacun des peuples ; ainsi, il ne s’est trouvé que la moitié des Anglais pour choisir le Brexit

mais tout le monde se retrouve pour critiquer l’Europe : tous – depuis le vote anglais – veulent en être, mais sûrement pas telle qu’elle est !

alors, comment fonctionne-t-elle ?

l’Europe étant un ensemble de démocraties, ses lois – les directives – sont votées par un Parlement élu au suffrage universel …

le scrutin est proportionnel ; pour nous Français, c’est original mais, dans le cas qui nous intéresse, c’est tout à fait nécessaire : aucun parti n’a ainsi le pouvoir d’imposer des décisions qui ne soient le fruit d’un compromis ; c’est un gage de gouvernance réfléchie

le Parlement vote les lois dans l’intérêt commun

en même temps, l’Europe est un ensemble de nations souveraines dont les intérêts ne sont pas obligatoirement convergents et qui ne mutualisent leur souveraineté qu’avec parcimonie

les directives sont discutées par les dirigeants de chacun des pays réunis en Conseil ; décidées d’un commun accord, en général après de longues discussions, elles sont toujours le fruit d’un compromis

le Conseil tient compte des intérêts de chacun des pays pour prendre ses décisions

l’administration qui fait tourner la machine s’appelle la Commission ; elle est en même temps le bureau d’études qui prépare les dossiers et les présente pour décision au Conseil et au Parlement et le gouvernement qui veille à la mise en œuvre des directives une fois celles-ci approuvées et votées

la Commission ne décide rien : elle n’agit que par délégation

pour résumer, toute directive fait l’objet d’un double débat, au Conseil et au Parlement, dans le but de respecter l’intérêt général et les intérêts particuliers et toutes les décisions sont prises par des élus

enfin, les peuples européens ont à leur service une administration – la Commission – qui étudie les décisions à prendre et veille au respect de celles qui sont prises

voilà … une construction imparfaite, fruit improbable d’innombrables compromis, – mauvais, moins mauvais et parfois même bons – qui permet à des pays qui se sont fait la guerre pendant des siècles – et il n’y a pas si longtemps – de vivre en paix une longue période d’intégration vers ce qui sera sans doute dans quelques dizaines d’années quelque chose comme des Etats-Unis d’Europe

s’il faut prendre un pari, prenons celui-ci : avant 20 ans, les Anglais demanderont à intégrer l’Union

Daniel Gendrin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.